Brésil: des sénateurs veulent priver Jair Bolsonaro de réseaux sociaux

Jair Bolsonaro va-t-il se retrouver privé de son outil de communication favori ? Mardi 26 octobre, un groupe de sénateurs a officiellement exigé la suspension des comptes possédés par le très controversé président du pays sur les réseaux sociaux. Une première dans l’histoire numérique et politique de la jeune république brésilienne.

Transmise à la justice, la demande émane de la commission parlementaire d’enquête (CPI) sur la gestion de la pandémie de Covid-19, qui a mis aux voix et approuvé, mardi, l’épais rapport rédigé sur le sujet, fruit de six mois de minutieuses investigations. Elle vient surtout à la suite d’une nouvelle polémique, déclenchée par Jair Bolsonaro le 21 octobre.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés La gestion « criminelle » de la pandémie de Jair Bolsonaro au Brésil

Ce jour-là, dans son habituel live hebdomadaire, diffusé chaque jeudi soir sur les réseaux sociaux, le président se fait le porte-voix d’une grossière « fake news », suggérant que les personnes vaccinées contre le Covid-19 développeraient le virus du sida « beaucoup plus rapidement que prévu ». Sans citer sa source exacte, ce dernier affirme s’appuyer sur de supposées données officielles des autorités britanniques. « Je veux transmettre des informations », assure-t-il.

Pas le premier dérapage

Le tollé est général. Le chef de l’Etat est immédiatement démenti par le gouvernement britannique et les membres de la communauté médicale. La vidéo est vite retirée des plates-formes Instagram et Facebook. YouTube va plus loin encore, suspendant lundi, et pour une semaine, les activités de la chaîne vidéo de M. Bolsonaro.

Forgot Password