Le major des Forces Armée d’Haïti FAD’H, Eddy Marcelin a versé des larmes face aux chaos dans lesquels le pays s’est Effondré.

Un extrait du discours du Major des Forces Armées d’Haïti , Eddy Marcelin, au MUPANAH , à l’occasion de la Commémoration de la Bataille de Vertières, ce 18 novembre 2021« Nous avons entendu le discours de son excellence le premier ministre, malheureusement, après la bravoure de nos devanciers, nous ne pouvons plus crier genadye alaso sa ki mouri zafè a yo », rétorque le major des forces armées d’Haïti Eddy Marcelin après le discours du premier ministre Ariel Henry qui demandait à la population de crier « grenadye alaso ».« Nous sommes entourés de groupes armés. Nous sommes tous prisonniers. Monsieur le premier ministre, tout le monde souffre. Et si les groupes armés n’ont pas encore effectué un génocide, c’est parce qu’ils sont encore humains. La menace plane sur nous tous », explique M. Marcelin qui demande au moins un char d’assaut, deux véhicules d’assaut et un hélicoptère de combat pour en finir avec le phénomène. « Dans deux semaines, nous allons mettre fin au désordre », assure le membre des forces armées d’Haïti.« La honte nous couvre le visage tout entier devant le peuple haïtien et nous avons honte de regarder les gens dans les yeux qui souffrent éperdument. Nos jeunes filles sont violées partout où elles sont passées. Et nous attendons de mettre fin au désordre », conclut le major Eddy Marcelin avant d’inviter le premier ministre Ariel Henry à signer le traditionnel livre d’or.La vibrante déclaration, larmes aux yeux, du major Eddy Marcelin a été suivie de chauds applaudissements.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*

    Forgot Password